60 questions à propos de la maternelle

Lors des réunions du Conseil d’Ecole, parents et enseignants se posent régulièrement la question de la communication avec les familles.

Nous avons imaginé qu’un recueil présentant l’école maternelle en général, et la nôtre en particulier nous permettrait de remédier en partie à vos appréhensions, en nous faisant mieux connaître, et en répondant par avance à un certain nombre de questions que vous êtes en droit de poser.

Pourquoi ces 60 questions ? Simplement parce que ce sont les plus immédiates que nous avons inventoriées. On aurait pu en ajouter d’autres, sans doute ; cela sera l’objet, peut-être, de prochaines éditions. Vous aurez, nous en sommes sûrs, par vos remarques, la gentillesse de contribuer à l’amélioration de ce document pour les parents qui vous succéderont.

Ce recueil est loin d’être parfait. Mais il témoigne de notre souci d’explication, de transparence. Certaines réponses vous surprendront, vous feront peut-être sourire ; quoi qu’il en soit, nous espérons qu’elles vous intéresseront.

Bonne lecture, et bonne scolarité à l’école primaire de Foxrock !

L’équipe enseignante de maternelle et le Directeur

1. A quoi sert l’école maternelle?

L’école maternelle répond principalement à deux exigences sociales :
La première est d’ordre éducatif : les enfants vont progressivement se socialiser, puis se scolariser. Il leur sera donné l’occasion d’accroître leurs potentialités et de s’épanouir. Ce sera aussi le lieu où, le cas échéant, l’on dépiste et où l’on traite de manière précoce les petits problèmes des uns ou des autres.
Pour les parents, qu’ils exercent ou non une activité professionnelle, la seconde est souvent la demande de garde des enfants.

Même si inévitablement des difficultés ponctuelles peuvent se présenter, l’école maternelle répond de manière satisfaisante à ces deux impératifs : on peut noter qu’en tant que moyen de garde, c’est un lieu relativement sûr, et qu’en tant que lieu d’éducation et d’enseignement, les objectifs sont atteints : les statistiques montrent que la réussite scolaire au cours de l’enseignement élémentaire est largement favorisée par la scolarité en maternelle.

2. Qu’est-ce qu’une école française à l’étranger?

Le réseau des établissements français à l’étranger compte 494 établissements homologués par le ministère de l’Education Nationale. Le pilotage de ce réseau mondial est assuré par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger, établissement public national à caractère administratif crée en 1990 et placé sous la tutelle du ministère des Affaires Etrangères et Européennes en France. Depuis 25 ans, l’AEFE exerce un rôle de pilotage, de soutien et d’animation du plus vaste réseau international d’établissements scolaires. Un réseau couvrant 136 pays où sont scolarisés plus de 340 000 élèves dont 140 000 Français. Un réseau unique au monde, porteur de valeurs universelles – tolérance, humanisme, égalité des chances – et remarquable par son excellence, son rayonnement et son ouverture.

Les missions de l’AEFE sont les suivantes :

• Assurer, en faveur des enfants de nationalité française résidant à l’étranger, les missions de service public relatives à l’éducation
• Contribuer au renforcement des relations de coopération entre les systèmes éducatifs français et étrangers au bénéfice des élèves français et étrangers
• Contribuer, notamment par l’accueil d’élèves étrangers, au rayonnement de la langue et de la culture françaises
• Aider les familles des élèves français ou étrangers à supporter les frais liés à l’enseignement tout en veillant à la stabilisation des frais de scolarité
• Accorder des bourses aux enfants de nationalité française scolarisés dans les écoles et les établissements français à l’étranger.

Les programmes

Les programmes français sont enseignés majoritairement par des enseignants français titulaires, détachés du ministère de l’Education Nationale. Une place importante est accordée à l’apprentissage des langues vivantes, de la maternelle à la Terminale.

Plus qu’en métropole, les parents d’élèves sont largement associés au fonctionnement des établissements par le biais de leurs associations.

3. Qui s’occupe de mon enfant à l’école?

Le taux d’encadrement au Lycée Français d’Irlande est le suivant :
– Le personnel enseignant titulaire des classes (15 enseignants au total, plus le directeur) est formé de manière à pouvoir exercer indifféremment de la Petite Section maternelle jusqu’à la classe CM2 (de 3 à 11 ans), ce qui a pour avantage de lui donner une vision globale des objectifs, des méthodes et des contenus des trois cycles de l’enseignement primaire.
– Les assistants de maternelle (4), apportent leur aide aux enfants et aux enseignants dans la classe qui leur est attribuée.
– L’assistante de bibliothèque qui prend en charge des groupes d’élèves de la PS au CM2 toute la semaine
– Les enseignants d’Anglais (5) et de Français Langue Seconde (1) interviennent quotidiennement auprès de bon nombre de nos élèves, en collaboration avec l’enseignant titulaire de la classe.
– Les surveillants (14 à l’heure du déjeuner et 9 l’après-midi) organisent et veillent au bon fonctionnement du repas et de la garderie.
– Le personnel administratif qui accueillent et soignent parfois les enfants qui se sont fait mal en jouant dans la cour.
– Certains parents qui peuvent participer ponctuellement à l’encadrement des activités, des sorties…

4. A quel âge entre-t-on à l’école maternelle ?

L’enfant doit avoir 3 ans révolus au plus tard le 10 septembre de l’année d’entrée et il doit être propre (il peut aller sur les petites toilettes, et sait demander pour aller aux toilettes).

5. Que fait-on à l’école maternelle?

Pour un œil non exercé, l’école maternelle propose des formes d’activités, souvent plaisantes, mais simplement destinées à occuper les enfants. C’est une erreur, les choses « sérieuses » ne commencent pas avec l’entrée au CP, et les activités s’organisent selon deux principes fondamentaux. Il faut :
-Susciter l’adhésion des enfants, bien sûr.
– Respecter les lois, décrets, programmes…, qui mettent en perspective l’enseignement de maternelle avec l’ensemble des disciplines qui seront approfondies par la suite.
Les programmes définissent des compétences et des contenus précis à maîtriser. Les apprentissages se structurent autour de progressions établies par l’équipe enseignante et se mettent en œuvre dans des projets de classe.
L’école maternelle installe un environnement éducatif riche, stimulant, qui permet à chaque enfant de prendre conscience de ses aptitudes.

6. A quel âge mon enfant ira-t-il à l’école élémentaire, et où ira-t-il?

La scolarité maternelle se répartit en principe sur 3 années scolaires, entre 3 et 6 ans. Dans l’année civile de ses 6 ans, il passe en élémentaire : le CP qui se trouve dans les même bâtiments que la maternelle, sur le site de l’école de Foxrock.

7. Mon enfant perd-il son temps à l’école maternelle?

“Ne pas perdre son temps” est un souci social constant. Nous autres, enseignants, dirions plutôt qu’il faut savoir prendre le temps nécessaire pour que les choses se passent bien.
Par ailleurs, sans que ce soit toujours apparent, vos enfants travaillent beaucoup à la maternelle, et nos exigences y sont réelles. Les classes sont organisées de manière à ce que tous les enfants y trouvent justement leur compte. Les acquisitions sont parfois sujettes à une stagnation, à une régression passagère. Le développement des enfants le veut ainsi. Nous le savons et nous en tenons compte.

8. Quels lieux mon enfant fréquente-t-il à l’école?

Selon les moments ou les activités, votre enfant est appelé, chaque jour, à fréquenter les différents espaces de l’établissement. Sa classe la majeure partie du temps, mais aussi la bibliothèque, la cour de récréation, la salle d’anglais, la salle informatique et la salle de sport. Les élèves de maternelle ont une séance de gymnastique tous les matins.

9. Y a-t-il des frais de scolarité, ai-je le droit à des aides?

Oui, l’école fonctionne en partie grâce aux frais de scolarité.

BOURSES : Si l’un des parents au moins est de nationalité française et que l’enfant est inscrit au consulat, vous pourrez faire une demande de bourse : tous les ans, la commission des bourses de Dublin a lieu au printemps pour la rentrée qui suit. Si votre situation a changé ou que vous n’avez pas pu faire de demande dans les temps car vous êtes arrivés récemment en Irlande, il existe une seconde commission en octobre. Dans les 2 cas, l’école vous transmet toujours les dates des commissions et vous met à disposition des dossiers de demande.

ECCE : Le Lycée Français d’Irlande ne bénéficie pas de l’allocation ECCE.

10. Comment est organisée la semaine scolaire, les horaires ?

Les lundi, mardi, jeudi et vendredi : 8h25 – 14h40
Le mercredi : 8h25 – 12h35
Les enfants sont accueillis et surveillés 10 minutes avant les horaires précisés ci-dessus.
Une garderie prend la relève à la fin des classes pour les enfants inscrits et fonctionne jusqu’à 18h tous les jours où l’école est ouverte.

11. Pourquoi dois-je respecter les horaires? Que faire en cas de retard ?

Le respect des horaires s’impose pour 4 raisons principales :
– Raison de sécurité, pour limiter les allées et venues dans l’école,
– Raison pédagogique, pour l’enfant en retard qui a manqué tout ou partie de la présentation du travail de la journée,
– Raison psychologique, parce que l’enfant en retard se sent fautif,
– Raison civique, parce que les règlements adoptés en commun (par le Conseil d’Ecole) sont justifiés et faits pour être respectés pour la bonne marche de l’établissement.

En cas de retard : vous devez sonner à la porte d’entrée et vous identifier pour que l’on vous ouvre. Vous passez ensuite au secrétariat pour prendre un billet de retard à présenter à l’enseignant.

12. Mon enfant ne peut-il venir à l’école que le matin, ou seulement un jour sur deux ?

La réponse est claire, c’est non. De la régularité de la fréquentation dépendent la bonne insertion dans une classe et la continuité des progrès.

13. Comment les enfants sont-ils répartis dans les classes?

Les affectations des enfants dans les classes résultent d’un compromis entre les choix pédagogiques de l’équipe enseignante, les possibilités de chaque enfant, et la loi des mathématiques, c’est-à-dire qu’il faut équilibrer les classes, le nombre de garçons et de filles, les enfants francophones ou non, les affinités entre enfants etc… Il est donc fréquent que des classes soient à « double-niveau », ce qui n’est un inconvénient pour personne dans la mesure où les différences entre les enfants contraignent déjà l’enseignant d’école maternelle à une quasi individualisation de ses exigences.

14. Mon enfant est dans une classe à double niveau, est-il désavantagé ?

Dans une classe à double niveau comme pour les classes simples, les élèves sont répartis par les enseignants en fonction de choix pédagogiques pour que les 2 groupes fonctionnent bien.
L’enseignant est formé pour gérer les classes à doubles niveaux, qui ne sont pas rares dans le système français, il prend en compte les 2 niveaux et leur programme dans sa préparation de classe.
Les aménagements des emplois du temps dans notre école (séances d’Anglais, de Français Langue Seconde, de bibliothèque, intervention d’un 2e enseignant dans la classe régulièrement) permettent de dégager de nombreuses plages horaires où l’enseignant est seul avec un des 2 niveaux.
L’élève en classe à double niveau n’est donc pas désavantagé.

15. Mon enfant a 2 enseignants à mi-temps, comment cela se passe-t-il ?

Les enseignants ont la possibilité de demander à travailler à mi-temps : une classe avec 2 enseignants fonctionne telle que : la 1ere moitié de la semaine est gérée par un enseignant, et la fin de semaine est gérée par l’autre enseignant. Cela implique un gros travail de collaboration entre les 2 enseignants hors du temps de classe pour la préparation et le suivi des élèves.
Les élèves s’habituent très vite à leurs 2 enseignants et à ce fonctionnement.

16. Puis-je demander que mon enfant soit dans la classe de tel enseignant ? Ou avec tel camarade?

Vous pourrez demander, mais la répartition des enfants reste du ressort du Conseil des Maîtres, qui définit ses impératifs, et dont les décisions peuvent être en accord avec vos souhaits.
Vous demandez aussi que votre enfant soit dans la même classe que tel autre. Notre choix, peut être différent du vôtre, parce que les enseignants sont aux premieres loges pour observer les effets de groupe. De toutes façons, les enfants de classes différentes se retrouvent fréquemment pour des activités (jeux de cour, anglais…) et n’en ont que plus de plaisir à se retrouver.

17. Comment suis-je informé de la vie de l’école?

L’information a parfois du mal à passer entre l’école et les parents, ainsi que nous le disons en avant-propos. Les enseignants utilisent différents moyens pour vous contacter :
– Pochette entre l’école et les familles (contenant des notes d’information), que vous devez signer avant de les rapporter quotidiennement.
– Emails et site internet de l’école
– Facebook et fil Twitter
– Affichage sur les panneaux extérieurs
– Réunions de parents, entretiens avec les enseignants, avec la direction, …etc.

18. Comment suis-je informé de ce que fait mon enfant en classe?

Le Conseil des Maîtres a décidé d’établir, pour chaque enfant un cahier de vie de classe qui est transmis régulièrement à la famille. Celui-ci vous permet de voir les progressions et activités faites en classe.
Le carnet de suivi des apprentissages est également un instrument de travail qui permet un suivi individuel. Il vous est remis 3 fois par an. Aux 1er et 3e trimestres, ce livret vous est remis lors d’un entretien individuel avec l’enseignant un mercredi matin sans classe. Au deuxième trimestre, ce document vous sera transmis numériquement. Ce système n’exclut pas les entretiens directs que vous pouvez solliciter auprès des enseignants le reste de l’année scolaire si vous en éprouvez le besoin.

19. Je m’inquiète pour la scolarité de mon enfant. Où puis-je trouver de l’aide?

Il est naturel de s’inquiéter de la scolarité d’un enfant et d’en parler avec le personnel de l’école : dans un premier temps l’enseignant est sans doute le plus à même de vous renseigner sur l’évolution de votre enfant au sein de sa classe, de même, le directeur garde sa porte ouverte à tous les parents souhaitant un rendez-vous.

20. Dois-je faire « travailler » mon enfant à la maison pour qu’il progresse plus vite?

Cette question nous est souvent posée. Il est légitime de vouloir voir son enfant progresser. Ne le faites pas « travailler », jouez avec lui, lisez-lui des livres, parlez-lui, éveillez-le, répondez à ses questions, interrogez-vous avec lui sur l’environnement
Ne vous trompez pas d’objectif, sachez que savoir l’alphabet n’est en aucun cas un critère suffisant pour apprendre à lire, ou que compter jusqu’à cinquante ne permet pas davantage de maîtriser la numération.
Votre souci primordial est souvent celui de l’apprentissage de la lecture : la meilleure chose que vous puissiez faire dans ce domaine pour votre enfant est d’être lecteur vous-même, pour que l’enfant se rende compte que vous y trouvez un intérêt, et du plaisir… L’imitation est une composante essentielle du comportement des enfants.
Si vous êtes dans un contexte familial où le Français est peu parlé, il faudra que l’enfant trouve aussi avec vous des occasions d’être exposé à la langue française (vacances, lectures, etc…).

21. A quelles occasions les parents sont-ils admis dans l’école?

Vous pouvez entrer tous les jours dans l’école, ou même, s’il est en section de petits, dans la classe de votre enfant. Cette disposition facilite les contacts, mais il faut savoir quitter l’école lorsque vous avez déposé l’enfant. Vous ne pouvez vous attarder ni dans une classe, ni dans la cour qui peuvent devenir vite surchargées.
Vous viendrez aussi à l’occasion de réunions d’information ou de fêtes dans les classes, ou pour participer, sur sollicitation des enseignants, à l’encadrement d’activités.
Le secrétariat est ouvert tous les jours de 8h15 à 18h.

22. Quand puis-je parler aux enseignants?

Les enseignants ne peuvent discuter beaucoup avec vous au moment de l’accueil, qui doit être compris comme l’accueil des enfants et non celui des parents. Après la classe, ils ne peuvent s’attarder sans avoir pris les dispositions nécessaires. Pour les rencontrer, prenez rendez-vous avec eux (mot dans pochette de liaison ou email).

23. Les classes sortent-elles en visite hors de l’école?

Oui, l’école utilise les apports de l’extérieur pour lancer un projet, ou pour effectuer une recherche, ou même pour se divertir. On peut aller au marché faire les courses pour la classe, ou observer les manifestations de l’arrivée de l’automne dans un parc, aller voir une exposition ou un spectacle,…
Les sorties se préparent longtemps à l’avance. Il faut obtenir les autorisations de visite en groupe et avoir le temps de prévoir l’encadrement nécessaire. Les parents doivent donner leur autorisation pour chaque sortie.

24. Puis-je refuser que mon enfant participe aux sorties avec sa classe?

Vous avez le droit de refuser que votre enfant participe à une sortie de classe, mais il faut savoir deux choses :
– Il est dommage qu’un ou plusieurs enfants soient privés d’une activité à partir de laquelle un travail va s’organiser.
– Si votre enfant ne sort pas avec ses camarades, vous devrez le prendre en charge ce jour-là, ou alors il sera place dans une autre classe.
Si vous éprouvez des difficultés financières pour permettre à votre enfant de participer aux sorties, veuillez vous adresser à l’enseignant ou à la directrice pour que nous puissions vous aider, en faisant notamment une demande anonyme pour vous à l’association de parents qui a une caisse de solidarité.

25. Puis-je participer à la vie de l’école?

Oui, bien sûr, en encadrant les sorties, en aidant ponctuellement les enseignants qui feront appel à vous pour différentes interventions.
Vous pourrez faire partie de l’association de parents, ou siéger au Conseil d’Ecole ou au Conseil d’établissement, ou au Comité de gestion en tant que représentant de parents.

26. Qu’est-ce que le Conseil d’Ecole?

Le Conseil d’Ecole réunit au minimum trois fois par an (chaque trimestre) l’équipe enseignante, les parents élus et des représentants des différentes administrations auxquelles l’école est liée. On y discute des questions relatives à la vie de l’école, des dispositions à prendre, des projets de l’école,…
Le Conseil d’établissement se réunit toujours après le Conseil d’Ecole et traite des questions relatives à toute la communauté scolaire du primaire et du secondaire (collège et lycée) réunis.
Les réunions de ces Conseils sont intéressantes et constructives. Nous vous engageons à faire acte de candidature aux élections des représentants de parents qui seront organisées vers la mi-octobre.

27. Que font les délégués de parents ?

Dans les semaines qui suivent la rentrée, les parents élisent 2 parents délégués pour chaque classe. Les délégués peuvent participer aux conseils d’école ou d’établissement. Avant ces réunions trimestrielles, les parents délégués recueillent les questions ou thèmes que les parents de la classe voudraient voir évoqués et les transmettent à la directrice avant la réunion.
Les délégués peuvent avoir aussi parfois un rôle plus convivial : organisateur de soirées entre parents de la classe, etc.

28. Que faire si mon enfant doit s’absenter?

Il faut dans tous les cas prévenir l’école, par email ou téléphone (pour les absences de courte durée), en précisant la durée et le motif de l’absence (en cas de maladie contagieuse il est important de pouvoir aviser les autres familles).
Les absences ne peuvent être qu’exceptionnelles. L’inscription à l’école suppose de votre part un engagement à une fréquentation régulière (pensez à tous ceux qui, faute de place, sont en liste d’attente).

29. Puis-je conduire mon enfant malade à l’école?

Non. L’école ne dispose ni d’infirmière, ni de la compétence pour administrer aux enfants une quelconque médication.
Un enfant a le droit d’être malade et à ce titre, il a le droit à un véritable repos que l’école ne peut lui proposer.
Une évidence qu’il faut pourtant rappeler : ne confiez jamais de médicament à votre enfant, et veillez à ce qu’il n’en apporte pas à votre insu.

30. Que se passe-t-il si mon enfant est malade à l’école?

Le seul acte médical de la part des enseignants est de mettre, si c’est possible, l’enfant à l’écart des autres pour qu’il se repose. On contacte la famille qui doit venir chercher le petit malade (d’où l’importance des numéros de téléphone sur vos fiches de renseignements).

31. Que se passe-t-il si mon enfant a un accident?

L’école ne peut traiter que les blessures très superficielles. Si l’accident, malheureusement toujours possible, nécessite l’intervention d’un médecin, deux cas peuvent se présenter :
– le cas n’est pas trop grave, on avise la famille ou une personne autorisée, on rassure le blessé et on attend avec lui que ses parents viennent.
– le cas paraît grave (ou on n’arrive pas à joindre la famille) : les pompiers sont consultés et selon la description faite, le médecin-pompier décide du mode de transport et du lieu de soins. L’enfant est conduit accompagne par un adulte de l’école à l’hôpital par les services d’urgence. Les parents sont avisés dès que possible.
En aucun cas, un enseignant ne peut conduire un enfant à l’hôpital de sa propre initiative ou sous sa propre responsabilité.

32. Les enfants se battent. Sont-ils bien surveillés?

Les enfants peuvent parfois en venir aux mains dans leurs jeux, du moins tant qu’ils n’ont pas vraiment accepté les règles sociales de bonne vie en groupe. Et il est toujours plus facile de donner un petit coup de pied que de faire un long discours !
Ce point est souvent un point de discorde entre vous et nous. Nous menons un travail de prévention, d’éducation, de réflexion avec et sans les enfants sur ce sujet. Malgré cela, nous ne pourrons jamais éviter les affrontements ponctuels.
Pour répondre à la question, oui, les enfants sont surveillés, tout le temps et partout, à l’intérieur comme à l’extérieur!

33. Je suis en désaccord avec l’école. Que faire?

Cela arrivera peut-être, le moins possible, espérons-le. S’il s’agit de points de règlement, vous pouvez saisir les représentants des parents pour que la question soit étudiée par le Conseil d’Ecole.
S’il s’agit de décisions concernant votre enfant, prenez rendez-vous, et discutons. Nous nous expliquerons mutuellement, nous nous comprendrons.

34. Je ne veux pas (ou je veux) que mon enfant fasse la sieste. Est-ce possible (ou souhaitable) ?

Nous sommes habitués à cette question, qui revient tous les ans. A certains parents (des classes de petits), qui ne veulent pas que leur enfant fasse la sieste, nous répondons en général, que si l’enfant dort, c’est qu’il en a besoin, et que nous respecterons ce besoin. A d’autres parents (des classes de moyens), qui voudraient que leur enfant continue de faire la sieste, nous répondons que leur demande est sans doute légitime, surtout en début d’année. Un temps de relaxation est prévu après le déjeuner. Ceux qui en ont besoin peuvent s’allonger.

35. Je ne veux pas que mon enfant sorte en récréation ou fasse de sport. Est-ce possible?

Non. Si votre enfant est malade, il ne devrait pas être à l’école, s’il y est, c’est qu’il est en bonne santé et qu’il ne relève d’aucun traitement particulier… Nous ne pouvons laisser un enfant seul sans surveillance. Si vous demandez à laisser un enfant à part, cela signifie pour nous qu’il faut une personne pour le garder, au détriment du service dû à tous les autres. Ce genre de demande n’est pas recevable. Bien sûr si l’enfant est immobilisé ou fragilisé (plâtré, fauteuil roulant etc…) nous prenons les mesures nécessaires dans ces cas particuliers.

36. A-t-on le droit de punir mon enfant à l’école maternelle?

L’école a ses règles et l’apprentissage du civisme suppose qu’on les respecte. Evidemment, ces règles se construisent et s’apprennent progressivement. Si c’est nécessaire, un enfant peut être momentanément privé d’une activité, ou placé, sous surveillance, à l’écart du groupe, en lui en expliquant la raison.

37. Mon enfant veut apporter des jouets à l’école. Puis-je le lui permettre?

Non. Il y a largement de quoi jouer à l’école, et tous les objets extérieurs sont source de convoitises diverses, donc de disputes entre les enfants. Cependant, pour les sections de petits, les enseignants vous demanderont peut-être en début d’année, d’apporter un nounours, une poupée, ou autre, pour rassurer l’enfant lors de la sieste et s’y retrouver en terrain plus sécurisant. Ces objets, comme toutes les affaires, doivent être marqués au nom de l’enfant.

38. Mon enfant rapporte des petits objets de l’école. Que faire ?

Le phénomène est lui aussi bien connu. Comme il est agréable de rapporter chez soi un petit morceau d’école, sous forme d’une pièce de puzzle, de briques Lego, de petits aimants si intéressants ! Ils ne représentent pas grand-chose pour vous. Pour nous ils sont parfois l’élément qui rend le jeu inutilisable. Alors merci de nous rapporter ces petites choses !

39. Mon enfant raconte des choses « étonnantes » sur l’école. Faut-il tout croire?

Votre enfant commence à comprendre le pouvoir des mots et de l’imaginaire. Il aura parfois envie de mesurer l’effet de ce pouvoir sur vous et sur l’école en racontant tout et n’importe quoi, avec le plus grand sérieux. A tel point que vous en serez quelque peu inquiet.
On a remarqué que les reproches faits à l’école viennent souvent d’une méconnaissance de ce qui s’y passe vraiment, ou d’informations erronées reçues lors de conversations entre parents : n’hésitez jamais à venir chercher l’information qu’il vous faut auprès de l’enseignant, les surveillants de lunch ou garderie, ou la direction : en général on sort rassuré d’un entretien en direct où l’on peut s’expliquer. Après tout nous avons tous le même objectif : que les enfants se sentent bien à l’école, et qu’ils puissent y faire leurs apprentissages dans de bonnes conditions.

40. Mon enfant dit qu’il ne fait rien à l’école. Est-ce vrai?

Non. Il est extrêmement rare qu’un enfant refuse durablement toute activité. Nous sommes là au contraire pour susciter sa participation. Il est pourtant vrai que beaucoup d’enfants disent qu’ils n’ont rien fait, ou disent évasivement « j’ai joué » pour tout résumé d’une journée de classe. C’est sans doute pour eux un moyen simple de vous faire savoir que l’école est leur domaine, pas le vôtre, et que chacun doit s’occuper de ses affaires ! Peut-être aussi une façon de vous faire payer leur inscription à l’école, parfois ressentie, pour un temps, comme un véritable abandon !

41. Mon enfant pleure tous les matins pour me quitter. Est-il malheureux à l’école?

Un enfant jeune de 3 ans ne peut se projeter dans le temps et imaginer qu’une journée de classe va être agréable. Il vit l’instant présent, et quand ce temps est celui de la séparation, il y a parfois quelques larmes, souvent renforcées par le transfert de votre propre angoisse et votre culpabilité à l’idée de le laisser entre des mains étrangères.
Sachez qu’en général, ces pleurs ne durent que le temps de votre présence : il vous faut donc savoir écourter ce moment…
Les pleurs peuvent recommencer au moment de la sortie : une nouvelle angoisse s’installe : « Va-t-on venir me chercher?” Si tel est le cas, vous risquez de vous persuader que votre enfant a pleuré toute la matinée, ou tout le jour ! Cela risque d’être terrible pour vous ! Rassurez-vous, si cela était le cas, nous serions les premiers à nous inquiéter et à vous aviser de l’éventuel problème d’adaptation…

42. J’ai beaucoup de mal à quitter mon enfant chaque matin. Que faire?

Il n’y a rien à faire, si ce n’est d’essayer de vous persuader que les personnes auxquelles vous confiez votre enfant sont compétentes et responsables, ce qui est le cas… et écourter le moment difficile de la séparation.
Nous savons bien que beaucoup d’entre vous souhaiteraient se déguiser en petite souris et rester dans un coin de la classe. Cela n’est malheureusement pas possible!

43. Comment se passe le repas du midi ?

Le lunch à l’école primaire est organisé en deux services :
1er service : classes maternelles de 11h30 à 12h15.
2ème service : classes élémentaires de 12h15 à 13h00.
Deux surveillant(e)s de lunch s’occupent d’une même classe pendant toute l’année scolaire. (3 par classe pour les Petites Sections).
A chaque service les enfants ont 30 minutes minimum pour manger leur repas. Ceux qui ont fini leur repas sortent en premier accompagnés d’un des 2 personnels de surveillance. L’autre surveillante reste dans la classe avec les plus lents et sort avec les derniers élèves.
A la fin du temps de « pause lunch », soit 12h15 (1er service), les enseignants récupèrent les élèves dans la cour.

44. Notre situation familiale a changé, dois-je en parler à l’école ?

Pour tout changement ou évènement intervenant dans la vie quotidienne de l’enfant et pour tout ce qui peut nous éclairer sur le comportement de l’enfant, il est important d’en informer l’enseignant.

45. Mon enfant est allergique à certains produits alimentaires, comment l’école prend en compte cette particularité ?

Au début de l’année scolaire vous devez remplir une fiche de renseignements concernant votre enfant : c’est dans cette fiche que vous donnez les renseignements médicaux. Les allergies sont repérées ainsi. Un entretien avec les parents est cependant nécessaire pour nous expliquer en détails les mesures à prendre.

46. Comment se passe le temps de garderie ?

Les enfants restant en garderie sont répartis en 2 groupes : maternelle et élémentaire.
Dans la garderie de maternelle, les élèves jouent dehors dans la petite cour avec tous les jeux d’extérieur mis à leur disposition ou sont à l’intérieur dans une classe de maternelle et jouent avec les jeux de garderie ou dessinent librement. Il arrive à l’occasion également qu’ils puissent regarder un dvd dans la bibliothèque.
Un temps de goûter au calme est prévu en milieu d’après-midi : pensez à prévoir un goûter de garderie si votre enfant est inscrit pour plusieurs heures.

47. Qu’est-ce que le goûter collectif?

Les enseignantes demanderont aux familles à tour de rôle d’apporter un goûter pour toute la classe le mercredi. Un travail sur la nutrition et le langage autour de l’alimentation est fait en classe à cette occasion. Tous les enfants ont la même chose à manger, et l’on privilégie souvent des aliments bons pour la santé. C’est l’occasion pour certains enfants de découvrir des goûts différents.
Il est important de fournir à votre enfant de quoi boire pour toute la journée.

48. L’enseignant de mon enfant est absent, comment se passe son remplacement, comment est-on informé?

La procédure en vigueur à l’école est telle que :
– si l’absence est connue à l’avance : l’information aux familles est faite par l’enseignant.
– s’il s’agit d’une absence ponctuelle connue le matin-même (maladie par exemple): pas d´envoi systématique d’email pour prévenir les familles à partir du moment où les enfants sont pris en charge aux horaires habituels.
L´école fait en sorte que le quotidien de l´élève ne soit pas chamboulé si un enseignant est absent : un autre enseignant va assurer les cours, les enfants restent en situation d´apprentissage et ne sont pas en situation de « garderie » si leur enseignant habituel n´est pas là. Si l´enseignant prévient l´école d´une absence prolongée pour maladie (au-delà d´un jour ou deux), dans ce cas on avertira les familles de la classe.

49. J’ai reçu plusieurs informations sur les poux, comment les éviter?

Merci de vérifier la tête de votre enfant lorsque vous recevez une information de présence de poux dans sa classe. Consultez attentivement le document transmis à cette occasion.
Pour les enfants de Petite Section qui auraient des poux, vous devez prévenir les enseignants afin de récupérer draps et couvertures pour les laver.

50. Mon enfant a été griffé ou mordu, ou autre par un autre enfant. Que puis-je faire?

Venez parler des problèmes éventuels avec nous.
Ne faites pas la police vous-même en vous précipitant, à la sortie de l’école, sur le présumé responsable des blessures. En général, il a déjà été localisé et réprimandé. Si un enfant est agressif, nous nous en préoccupons, et nous avisons sa famille.

51. Je ne peux venir chercher mon enfant après l’école. Comment faire?

C’est simple : si cela est prévu, faites un mot à la maîtresse dans la pochette. Pensez à envoyer un email à extrascolaire@lfi.ie pour avertir que votre enfant doit aller en garderie.
Si c’est imprévu, téléphonez à l’école, même au dernier moment.
Il y a deux cas de figures :
1. L’enfant va en garderie si vous nous le précisez (jusqu’à 18h00 maximum).
2. Quelqu’un d’autre vient le chercher. Si la personne est sur la liste des personnes autorisées, ou si nous avons un mot écrit ou un email des parents, il n’y a pas de problème. Mais si ce n’est pas le cas, l’enfant ne sera pas autorisé à partir même pour dépanner la famille.

52. Mon enfant veut inviter un petit ami à la sortie de l’école. Je connais la famille. Puis-je l’emmener avec moi?

Cette question nous est fréquemment posée. La réponse est non, même si vous êtes voisins de palier, sauf si nous avons reçu l’autorisation écrite ou par téléphone de la famille de cet enfant.

53. Comment habiller mon enfant pour le conduire à l’école?

Sauf conditions météorologiques tout à fait extraordinaires, votre enfant sera appelé à sortir tous les jours. Pensez à le vêtir en conséquence.
Un de nos soucis est de conduire les enfants à l’autonomie : préférez toujours une tenue qui lui simplifie la vie, éviter par exemple les tenues à bretelles passées sous d’autres vêtements ou les chaussures à lacet si vous ne lui avez pas encore appris à lacer ses chaussures seul.
Le dernier aspect est celui des activités : l’école est un lieu où l’on fait de la peinture, du modelage, de l’éducation physique, … la tenue de l’enfant doit pouvoir supporter tout cela.
Il y a certains vêtements que nous interdisons pour raison de sécurité : écharpes et ceintures peuvent être dangereux s ils sont utilisés pour jouer.

54. Mon enfant perd toujours ses affaires. La maîtresse ne fait-elle donc attention à rien?

Que de vêtements perdus! Notre drame à tous c’est que rien ne ressemble plus à une cagoule bleue (bonnet rouge, ou autre…) qu’une autre cagoule bleue (bonnet rouge, ou autre) ! Alors les mélanges sont nombreux. La solution :
– Garder son calme
– Marquer les vêtements au nom de l’enfant
– Responsabiliser l’enfant face à ses propres affaires : il doit les connaître pour pouvoir les reconnaître, il doit apprendre à les ranger, toujours au même endroit pour pouvoir les retrouver
– Faire attention vous-même quand vous récupérez votre enfant
– Ne pas nous signaler une disparition au bout de plusieurs jours mais aller voir dès le lendemain dans le « coffre à vêtements trouvés » situé dans le hall d’entrée.
– Etre compréhensifs : vous avez un, deux, trois, ou 4 enfants, la maîtresse en a 25 !
– Rapporter les vêtements qui n’appartiennent pas à vos enfants !

55. Mon enfant rentre tout sale de l’école. Comment réagir?

S’il s’agit vraiment de négligence caractérisée, voire d’un esprit de destruction systématique de la part d’un enfant, vous pouvez et nous pouvons agir.
S’il s’agit des traces « normales » du travail de classe, soyez plus prudents ! Nous constatons souvent que des enfants refusent de participer à des activités parce qu’ils ont peur de se salir, sachant qu’ils vont s’exposer aux foudres de maman et papa.

56. Comment remédier aux « petits accidents » corporels?

Même si une des conditions de l’inscription à l’école est que l’enfant soit « propre », chez les plus jeunes, les « petits accidents », pendant la classe ou la sieste, sont encore fréquents.
Le personnel de service refusera toujours de mettre des couches aux enfants, mais ne refusera jamais de les laver et de les changer. Encore faut-il avoir le nécessaire ! Remettez aux maîtresses un petit sac au nom de l’enfant contenant du linge de rechange (Petite Section seulement).
N’oubliez pas de laver et de rapporter le linge éventuellement prêté par l’école.
Ainsi que cela a été dit dans le chapitre de l’habillement, il est certain que nombre de ces petits accidents pourraient être évités si les enfants portaient toujours des vêtements qui facilitent leur autonomie de ce point de vue (éviter les pantalons à déboutonnage difficile !).

57. Puis-je apporter un gâteau à l’école pour l’anniversaire de mon enfant?

Une fête, même modeste, demande du temps et un minimum d’organisation. Que ce soit pour un anniversaire ou pour autre chose (naissance dans la famille par exemple) prévenez les enseignants concernés si vous souhaitez apporter un goûter de fête.

58. Y a-t-il un règlement scolaire?

Oui. On en remet un à chaque famille en début d’année scolaire. Les principaux points ont été évoqués dans ce fascicule, et vous pourrez consulter l’intégralité du texte sur le site internet.

Rappelons tout de même que sont proscrits :
– Le manquement de respect de quiconque (personnels enseignants ou non, élèves, familles…) envers quiconque (voir la charte anti-harcèlement de notre règlement)
– Les retards qui déstabilisent l’enfant lui-même et le fonctionnement de son groupe
– Les jeux dangereux
– Les médicaments
– L’introduction de jouets, de bijoux, d’objets dangereux
– L’introduction d’animaux dans la cour

59. Puis-je amener mon enfant aux réunions? Sera-t-il gardé ?

Nous vous déconseillons d’amener vos enfants aux réunions ; cela peut-être ennuyeux pour eux et vous ne pourrez pas porter attention aux informations qui vous seront données si vous devez vous occuper de votre enfant.
Nous nous efforçons de programmer ces réunions à l’avance et de les mettre en fin de journée pour faciliter les parents qui travaillent. Il n’y a pas de garderie prévue durant les réunions. Vous devrez donc organiser vous-même un baby-sitting en dehors de l’école si besoin.

60. Où ira mon enfant après l’école primaire à Foxrock ?

La majorité des enfants restent dans notre école jusqu’au CM2 et passe ensuite au secondaire du LFI à Clonskeagh. Le collège du LFI propose un cursus franco-irlandais, « Eurocampus » , menant au deux diplômes : Brevet des Collège et Junior Certificate.
D’autres choisissent au cours de leur scolarité de rejoindre une école irlandaise. Ceci est possible sans que l’enfant soit pénalisé dans sa scolarité.

Registration

Forgotten Password?